POUR

LA &nbsp LIBERTE &nbsp D' EXPRESSION

Free speech offers latitude but not necessarily license

mardi 11 juillet 2017

Macron a voulu Trump pour le 14 juillet

Macron a tanné Trump pour qu'il assiste au défilé du 14 juillet 2017 

Macron-la-grenouille veut se faire aussi gros que le boeuf
Résultat de recherche d'images pour "service d'ordre Trump"
Service d'ordre de Trump à Bruxelles
Donald Trump et son épouse Melania assisteront au défilé du 14 juillet à Paris. L'hyper-président l'a invité par un coup de fil du mardi 27 juin et, après avoir dit "examiner la faisabilité" de ce déplacement, le président américain lui a répondu "Yes, we can" ! 
Donald Trump a en effet déjà effectué sa deuxième tournée européenne après son premier voyage en Europe lors du sommet de l'OTAN à Bruxelles et du G7 en Sicile, en mai. Entamée cette fois en Pologne, avant le G20, il n'a pas commencé par le gamin qui en est, dit-on, fort marri... Le président américain a préféré son allié polonais dans l'OTAN et a atterri mercredi soir à Varsovie pour participer ensuite au sommet du G20 vendredi et samedi dernier à Hambourg, soit 4 jours consacrés à l'Europe.
Espérant se défaire progressivement de l'emprise de la Russie pour l'approvisionnement du pays en gaz,
la Pologne a reçu en juin sa première livraison de gaz de schiste américain. Les autorités polonaises insistent beaucoup sur le fait que c'est la première fois que le président Donald Trump a prononcé un discours en public en Europe.Depuis 2016, la Pologne a lancé "l'Initiative des Trois Mers". Une alliance entre douze pays européens qui vont de la Baltique à la mer Noire et à l'Adriatique (Pologne, Lituanie, Estonie, Lettonie, Hongrie, Autriche, Slovénie, Croatie, République Tchèque, Slovénie, Roumanie et Bulgarie) et qui doit permettre à ces pays de peser plus fortement au sein de l'Union européenne.  
Le chef de l'État français "a renouvelé son invitation au président Trump et à son épouse", à l'occasion des "100 ans de l'entrée en guerre des États-Unis aux côtés des troupes françaises pendant la Première Guerre mondiale".

"Make our planet great again" 
La présence du président américain place de la Concorde pour le traditionnel défilé militaire du 14 juillet sera un nouveau coup d'éclat diplomatique pour Emmanuel Macron après le sommet qu'il a organisé avec le président russe Vladimir Poutine, le 29 mai à Versailles. Les relations entre les dirigeants français et américain ont été jusqu'à présent rugueuses, Emmanuel Macron défiant son homologue américain qui a décidé de sortir de l'accord de Paris sur le climat en parodiant son slogan de campagne par cet appel: "Make our planet great again" (rendez sa grandeur à notre planète). Le président français avait aussi encaissé la poignée de main virile de Donald Trump lors d'une rencontre en marge d'un sommet de l'Otan, le 25 mai, à Bruxelles.

Pas d'économies: près de 11.000 policiers et gendarmes seront mobilisés

Présence du président américain au défilé sur les Champs-Elysées "dans un contexte de menace terroriste élevée", selon le préfet de police.
"Toute la maison est mobilisée", a résumé mardi le préfet de police Michel Delpuech, y compris la brigade de recherche et d'intervention (BRI) "en réserve, prête à intervenir en tout point de la capitale".

Obama et ses gardes du corps
Le préfet s'est abstenu de dévoiler les mesures spécifiques liées à la venue du chef de l'Etat américain attendu dès jeudi, admettant qu'elle représente "un enjeu fort" et fait l'objet d'"un travail de sécurité partagé entre les équipes américaines et nationales".

Il a simplement reconnu lors d'un point de presse qu'il y aura "un peu plus (de forces de l'ordre) que l'année dernière, notamment 200 à 300 de plus sur les Champs-Elysées".
Au total, 3.500 policiers et gendarmes seront chargés de la sécurité du défilé, appuyés par 2.500 sapeurs pompiers. Sur l'ensemble de l'agglomération parisienne, entre 2.600 et 2.900 fonctionnaires de police et gendarmes mobiles seront par ailleurs mobilisés. Mais leur point d'indice reste gelé...

Chaque accès à la zone de sécurité autour des Champs-Elysées sera protégé par des "plots ou des véhicules anti-véhicules béliers", a toutefois confirmé Michel Delpuech, rappelant les dernières attaques en date qui ont visé la capitale: "l'assassinat" du policier Xavier Jugelé sur les Champs-Elysées le 20 avril, l'attaque d'une patrouille de police sur le parvis de Notre-Dame le 6 juin et celle d'un fourgon de gendarmerie le 19 juin également sur les Champs-Elysées.

Comme chaque année, les stations de métro alentour seront fermées, les véhicules garés dans le périmètre retirés et la circulation interdite à partir de 06h30. Les policiers pourront procéder à des fouilles et des contrôles d'identité.

Un dispositif anti-drone, déjà utilisé ces deux dernières années, a été mis en place, avec détection et brouillage des aéronefs afin de "neutraliser" les engins. Par ailleurs, un drone, mis à disposition par l'Armée de l'air, permettra d'avoir "une vision globale, et de suivre en plan large les mouvements de foule".

L'espace où se déroulera un spectacle vendredi soir, sur le thème des jeux Olympiques, avec un concert classique suivi du feu d'artifice tiré depuis la Tour Eiffel, s'étendra sur le Champ-de-Mars dans "un espace barriéré, entièrement clos", où l'alcool sera interdit.

Inspiré des "fanzones" installées pendant l'Euro de football l'été dernier en France, cet espace mobilisera 1.900 effectifs des forces de l'ordre, à lui seul.
Résultat de recherche d'images pour "restaurant Jules Verne de la Tour Eiffel"
Le président Trump pourrait profiter de la première partie de la journée pour "visiter le cimetière militaire américain de Suresnes, dans les Hauts-de-Seine, ou déposer une gerbe devant le mémorial de l'escadrille La Fayette érigé à Marnes-la-Coquette toujours dans les Hauts-de-Seine, en mémoire des pilotes américains engagés dans les opérations aériennes en France entre 1917 et 1918". Le président américain sera ensuite reçu à l'Élysée à 15h45 pour un "entretien bilatéral" qui débouchera sur "un point presse commun". 
Résultat de recherche d'images pour "restaurant Jules Verne de la Tour Eiffel"Le JDD et Paris Match révèlent que les couples Macron et Trump pourraient se retrouver au restaurant Jules Verne de la Tour Eiffel, le prestigieux établissement du chef Alain Ducasse. Contacté, le Palais confirme la "recherche d'un lieu extérieur", mais l'Élysée ne confirme ni n'infirme la privatisation de la Tour Eiffel.


Aucun commentaire :

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez ENTRER un COMMENTAIRE (il sera modéré):